Appel à projets international - Chroniques 2018

Clôture de l’appel : 17 décembre à minuit

Réunion du comité de sélection : début janvier 2018 – date à determiner

Aucune information ne sera fournie par téléphone. Si vous avez des questions vous pouvez adresser un mail à candidature@chronique-s.org

En préparation de  “Chroniques”  biennale internationale dédiée aux arts et cultures numériques, Seconde Nature et ZINC créent une plateforme de production , soutenue par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour l’accompagnement à la production et à la diffusion d’œuvres originales.

Dans cette mission, nous nous entourons d’acteurs et d’institutions de la région PACA : Edis – fondS de dotation à Avignon, le FRAC Provence-Alpes Côte d’Azur, Diffusing Digital Art à la Galerie des Bains Douches à Marseille, Le Hublot, l’Entrepont au 109 à Nice, Les Capucins – Centre d’art contemporain à Embrun, Octobre numérique à Arles, les Fées d’Hiver à Crévoux, le 3bisF | Centre d’art et LabGamerz à Aix-en-Provence.

Ensemble, nous faisons appel aux artistes nationaux et internationaux pour la production d’une œuvre originale. 

Chroniques, c’est un parcours d’expositions intitulées ‘Lévitations’ entre Aix, Marseille Provence, à l’automne 2018. Au delà des expositions, plusieurs moments événementiels seront programmés : spectacles, concerts, performances et live-audiovisuels.

Dans cette perspective nous soutiendrons plusieurs artistes pour la création d’œuvres et nous leur proposerons une à plusieurs diffusions :

Dans le cadre des expositions de Chroniques 2018 à Aix en Provence, Marseille ou Arles.

Dans un des lieux d’exposition de nos partenaires régionaux entre janvier et décembre 2019

Lévitations

Qui n’a jamais rêvé de s’élever dans l’air? De s’extraire de la pesanteur, ayant atteint une légèreté le soustrayant du sol?

La lévitation est d’abord le résultat d’une victoire, une liberté gagnée sur des lois a priori immuables de la physique, la pesanteur et l’attraction terrestre.

La lévitation est paradoxalement une terminologie aussi bien employée par les physiciens (lévitation magnétique, lévitation acoustique) que dans le domaine des religions, en particulier dans la mystique et l’ésotérisme. La science s’intéresse depuis longtemps aux pouvoirs de certains matériaux dits supraconducteur et des très basses températures pour faire entrer la matière en lévitation. Cette technologie est déjà efficiente dans plusieurs domaines telles que les communications et plusieurs expériences récentes poussent même à croire que cette technologie servira pour de futures moyens de transport. L’étendue des applications est immense, la lévitation est le point d’ancrage qui permet aux scientifiques de rêver, de s’extraire un moment du réel pour penser le futur dans un monde où la lévitation magnétique et acoustique trouverait des applications pratiques.

Explorer la figure de la lévitation  d’un point de vue artistique et anthropologique questionne notre perception de l’espace, du territoire, du point de vue et de la représentation qui est aujourd’hui reconfigurée avec les technologies de la mobilité comme le GPS.

Les systèmes numériques de géolocalisation sont venus enrichir un peu plus encore la panoplie des outils technologiques qui façonnent aujourd’hui les nouveaux territoires de l’art. Les artistes s’emparent de ces technologies de géolocalisation et développent des pratiques qui remettent en jeu l’expérience esthétique des lieux.

Aux nouveaux enjeux artistiques et anthropologiques se greffent donc des questionnements politiques avec l’emploi de ces technologies de contrôle mais également des questions ontologiques voire métaphysiques.  Comme l’explique Peter Sloterdijk dans Observation forte « Nous avons désormais affaire à une transcendance technique créée par les habitants de la terre eux-mêmes, qui se distingue des transcendances religieuses ou métaphysiques traditionnelles, chargées d’un code symbolique, du fait qu’elle permet d’obtenir une communication réciproque. »

Le parti pris que nous avons choisi tentera d’identifier ces changements de paradigmes et d’embrasser la figure de la lévitation avec des propositions jouant sur une dimension poétique et sensible et des dimensions politiques, scientifiques et anthropologiques.

Axes de recherches et de programmation :
art/science : les physiciens en apesanteur
tapis volants, satellites et cartographies : technologies de la mobilité. Déplacements et création artistique 
s’extraire du sol : la lévitation comme levier du rêve et de l’imaginaire et comme force de transformation
​la question du point de vue: démultiplication et regard en plongée sur le monde.

En préparation de  “Chroniques”  biennale internationale dédiée aux arts et cultures numériques, Seconde Nature et ZINC créent une plateforme de production , soutenue par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour l’accompagnement à la production et à la diffusion d’œuvres originales.
Dans cette mission, nous nous entourons d’acteurs et d’institutions de la région PACA : Edis – fondS de dotation à Avignon, le FRAC Provence-Alpes Côte d’Azur, Diffusing Digital Art à la Galerie des Bains Douches à Marseille, Le Hublot, l’Entrepont au 109 à Nice, Les Capucins – Centre d’art contemporain à Embrun, Octobre numérique à Arles, les Fées d’Hiver à Crévoux, le 3bisF | Centre d’art et LabGamerz à Aix-en-Provence.
Ensemble, nous faisons appel aux artistes nationaux et internationaux pour la production d’une œuvre originale. 
Chroniques, c’est un parcours d’expositions intitulées ‘Lévitations’ entre Aix, Marseille Provence, à l’automne 2018. Au delà des expositions, plusieurs moments événementiels seront programmés : spectacles, concerts, performances et live-audiovisuels.
Dans cette perspective nous soutiendrons plusieurs artistes pour la création d’œuvres et nous leur proposerons une à plusieurs diffusions :
Dans le cadre des expositions de Chroniques 2018 à Aix en Provence, Marseille ou Arles.
Dans un des lieux d’exposition de nos partenaires régionaux entre janvier et décembre 2019
Lévitations
Qui n’a jamais rêvé de s’élever dans l’air? De s’extraire de la pesanteur, ayant atteint une légèreté le soustrayant du sol?
La lévitation est d’abord le résultat d’une victoire, une liberté gagnée sur des lois a priori immuables de la physique, la pesanteur et l’attraction terrestre.
La lévitation est paradoxalement une terminologie aussi bien employée par les physiciens (lévitation magnétique, lévitation acoustique) que dans le domaine des religions, en particulier dans la mystique et l’ésotérisme. La science s’intéresse depuis longtemps aux pouvoirs de certains matériaux dits supraconducteur et des très basses températures pour faire entrer la matière en lévitation. Cette technologie est déjà efficiente dans plusieurs domaines telles que les communications et plusieurs expériences récentes poussent même à croire que cette technologie servira pour de futures moyens de transport. L’étendue des applications est immense, la lévitation est le point d’ancrage qui permet aux scientifiques de rêver, de s’extraire un moment du réel pour penser le futur dans un monde où la lévitation magnétique et acoustique trouverait des applications pratiques.
Explorer la figure de la lévitation  d’un point de vue artistique et anthropologique questionne notre perception de l’espace, du territoire, du point de vue et de la représentation qui est aujourd’hui reconfigurée avec les technologies de la mobilité comme le GPS.
Les systèmes numériques de géolocalisation sont venus enrichir un peu plus encore la panoplie des outils technologiques qui façonnent aujourd’hui les nouveaux territoires de l’art. Les artistes s’emparent de ces technologies de géolocalisation et développent des pratiques qui remettent en jeu l’expérience esthétique des lieux.
Aux nouveaux enjeux artistiques et anthropologiques se greffent donc des questionnements politiques avec l’emploi de ces technologies de contrôle mais également des questions ontologiques voire métaphysiques.  Comme l’explique Peter Sloterdijk dans Observation forte « Nous avons désormais affaire à une transcendance technique créée par les habitants de la terre eux-mêmes, qui se distingue des transcendances religieuses ou métaphysiques traditionnelles, chargées d’un code symbolique, du fait qu’elle permet d’obtenir une communication réciproque. »
Le parti pris que nous avons choisi tentera d’identifier ces changements de paradigmes et d’embrasser la figure de la lévitation avec des propositions jouant sur une dimension poétique et sensible et des dimensions politiques, scientifiques et anthropologiques.
Axes de recherches et de programmation :
art/science : les physiciens en apesanteur
tapis volants, satellites et cartographies : technologies de la mobilité. Déplacements et création artistique  
s’extraire du sol : la lévitation comme levier du rêve et de l’imaginaire et comme force de transformation
la question du point de vue: démultiplication et regard en plongée sur le monde.






Vous aimez?

Partagez cette programmation sur les différents réseaux sociaux.

Partage: